IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Les Cantos d'Hypérion et les Voyages d'Endymion, Dan Simmons, quand tu nous tiens...
Alors, et vous, ça vous a fait quoi?
Alors, et vous, ça vous a fait quoi?
LE bouquin que j'emmenerais sur une île déserte... [ 6 ] ** [42.86%]
De la SF de qualité! [ 5 ] ** [35.71%]
Un bon divertissement. [ 0 ] ** [0.00%]
Un peu chiant, non? [ 0 ] ** [0.00%]
De la lecture de névrosé! [ 0 ] ** [0.00%]
Nul. En toute sobriété. [ 0 ] ** [0.00%]
Rien compris... [ 0 ] ** [0.00%]
J'a pas lu, mais pourquoi pas? [ 3 ] ** [21.43%]
J'a pas lu, mais moi, la SF, hein... [ 0 ] ** [0.00%]
Total des votes: 14
Les invités ne peuvent pas voter 
Cracapouet
* 02/02/06 à 04:50
Message #1


Ni double-Dieu ni double-Mètre
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 2 892
Inscrit : 09/01/2006
Lieu : Brocéliande, ses fées, son camping
Membre No. : 14 861
Niveau Atteint: Nonante quatre !



Il y avait pas mal de monde à parler de cette monumentale oeuvre sur les différents topics littérature. Mais de fiche, point ! Je m'attèle donc à la tâche avec ferveur. Dan Simmons, ton chef d'oeuvre est enfin chroniqué sur le site d'Ouverture Facile !

Organisation de l'oeuvre :

C'est un cycle composé de quatre parties distinctes: "Hypérion" puis "la chute d'Hypérion" (formant les Cantos) suivis d'"Endymion" et "l'éveil d'Endymion" (formant quant à eux les Voyages).

Le format poche, en France, a divisé chaque partie en deux tomes, que voici :

user posted image user posted image

user posted image user posted image

user posted image user posted image

user posted image user posted image


L'auteur: Dan Simmons

user posted image

Dan Simmons nait en 1948 dans l'Illinois. Après des études en anglais (diplomé en 1970), il devient instituteur en 1971.

Il enseignera à partir de 1973 et pendant 18 ans, ne publiant alors que des programmes pour enfants surdoués. Il écrit alors comme un mordu d'Ouverture Facile joue aux cyberdevinettes. C'est à dire pour le plaisir. Hypérion nait à cette époque : pendant une demi-heure, chaque jour, il va raconter à ses élèves des contes prenant place dans un lointain futur, mettant en scène des créatures telles que le Gritche, Raul le Centaure, sur des planètes telles que Alliance-Maui ou Mare Infinitus.

Ce n'est qu'en 1979 qu'il prend la décision de faire du métier d'écrivain le sien. Il faudra attendre 1982 pour qu'au court d'un atelier d'écriture il se fasse remarquer. Il publie alors une nouvelle bien accueillie, "Le Styx coule à l'envers", puis son premier roman "Le chant de Kali".

C'est en 1989 et 1990 que sortent deux monuments de la littérature actuelle, couronnés de multiples prix littéraires: "L'échiquier du mal" (Locus Award, Bram Stoker Award, British Fantasy Award) et surtout "Hypérion" (Prix Hugo).

Il s'essaie depuis à d'autres genres, comme le thriller ou le roman noir. Il a actuellement publié une quinzaine de livres.

Petite présentation succinte de l'oeuvre:

Dans un futur lointain, alors que l'Homme a visité et colonisé une bonne partie de la Galaxie et que la société s'est organisée en une gigantesque fédération (l'Hégémonie), sept hommes et femmes sont choisis pour effectuer un pélerinage un peu particulier sur une petite planète proche des Confins, Hypérion.

Sur cette planète, baptisée ainsi en l'honneur d'un texte du poète anglais John Keats, vit en effet une créature cauchemardiesque, le Gritche, dont la redoutable et meutrière puissance en a fait l'élément central d'une religion apocalyptique, l'Eglise Gritchèque.

Des pélerinages-suicides sont donc organisés régulièrement aux Tombeaux du Temps, résidence du monstre. Jusqu'aux sept héros des Cantos, choisis apparament au hasard par l'Eglise du Gritche. Mais chacun a en fait une raison de venir voir celui-ci... Leurs destins sont liés. Sept personnes d'horizons très différents : Martin Silénius, le poète qui a vu l'ancienne Terre, le Consul, ancien régent d'Hypérion, le jeune prêtre catholique Lenar Hoyt, le Colonel Fedmahn Kassad dit le "Boucher de Bressia", Brawne Lamia une détective privée aux amours mystérieuses, le Templier du Muir Het Masteen, Voix de l'Arbre Authentique, et enfin Sol Weintraub, érudit juif dont la fille est atteinte d'un bien curieux mal...

Tous ont une histoire à raconter qui ouvre des perspectives fabuleuses... Qui les a réellement choisi ? Et Pourquoi ?

Car les enjeux sont de taille : l'Hégémonie est menacée par l'invasion des Extros qui semblent avoir un lien avec le Gritche et qui viennent d'en dehors des Confins. Quel est le véritable rôle du TechnoCentre, lieu de "vie" tenu secret des Intelligences Artificielles qui gèrent le transport et les communications des humains, grâce à la technologie Distrans et à l'Infosphères ? Quel est le lien entre l'Eglise Grichèque et le Temple du Muir ? Et le Gritche, cette créature de l'enfer aux yeux de sang, bardée de pics d'acier, qui semble avoir la capacité de se déplacer instantanément, qu'est-il réellement ? Qui est cet être, mi-homme mi-machine, ce cybride créé par le TechnoCentre, réplique exacte de John Keats ? Qu'est-ce que ce parasite étrange et cruciforme, ayant la faculté de régénérer les corps après la mort ?

Ces questions sont au centre des Cantos d'Hypérion. Je ne vous en dis pas plus, pour en préserver le suspense.


Les Voyages d'Endymion font suite aux évènements d'Hypérion. L'intrigue se passe plusieurs siècles plus tard. L'Hégémonie a disparu depuis longtemps, tout comme le TechnoCentre. L'univers humain est maintenant dirigé par la Pax, entité politique dont l'église catholique est la tête. Celle-ci a banni toute forme de machines intelligentes et use des pouvoirs régénérants maintenant maitrisés du cruciforme et de la promesse de vie éternelle pour maintenir l'humanité sous sa coupe.

Le héros, Raul Endymion, est un jeune homme né sur Hypérion et ayant refusé le cruciforme. Il est simple, assez peu aventureux, et guide de chasse pour touriste (il aurait pu être hobbit, celui-là ! ). Sa vie bascule soudainement quand, suite à un accident mettant en cause un de ses clients, il est condamné à mort puis exécuté.

A sa grande surprise, il se réveille dans un endroit inconnu, indemne. Sa mise à mort n'avait été qu'une mise en scène. Il fait rapidement la connaissance du maître de maison qui n'est autre que Martin Silénius, l'auteur légendaire des Cantos inachevés, qui, malgré les traitements Poulsen à répétition et maintenu en fugue cryogénique la plupart du temps, est sur le point de mourir. Il est accompagné de ses fidèles androïdes, dont le fameux A.Bettik.

Il est alors chargé par Silénius de retrouver une enfant de douze ans qui a disparu dans les Tombeaux du Temps dans un passé lointain, Enée, censé, selon la légende, être le futur Messie... C'est à bord de l'antique vaisseau du consul que l'aventure commence pour Raul et Bettik.

Car Enée se révèlera être un personnage haut en couleur: elle est la proie de l'église puisqu'elle la menace directement, et du Mercantilus, consortium ultra-libéral dépendant du Vatican, qui voit en elle un moyen de se défaire du joug papal. Mais d'autres intervenants apparaissent rapidement : le Gritche, qui semble avoir une relation particulière avec Enée; les Extros qui attendent de l'autre coté du Grand Mur; le TechnoCentre qui n'a en fait jamais vraiment disparu et une entité mystérieuse, maîtresse du destin de la jeune fille...

Elle va grandir, et apprendre, puis enseigner. Elle n'est pas ce que les gens voudraient, elle n'est pas le Messie tant attendu. Elle est seulement humaine, et c'est là sa grande force.

La camaraderie du début va, au fil du temps, se transformer en amour: c'est le nerf du roman... Mais attention, Simmons ne fait jamais dans la facilité, et l'amour est alors le concept fondamental de l'humanité. Pas de mièvrerie. Plutôt un amour tragique, à l'antique...

Mon Avis:

Et bien, si je présente cette fiche (pas trop maladroitement je l'espère - j'ai même essayé de faire concis et évité les parenthèses inutiles comme celle que j'écris actuellement ! tongue.gif ), vous l'aurez compris, c'est que ce livre fut pour moi un choc absolu. Il est sublime de bout en bout. Ecrit avec maestria, toujours subtil et précis.

Il manie aussi bien la littérature (c'est un hommage vibrant au poète romantique John Keats, lui-même auteur de longs poèmes intitulés "Hypérion", "La chute d'Hypérion" et "Endymion", inspirés par Homère et la mythologie grecque - on remarquera d'ailleurs que la muse du poète avait pour nom Fanny Brawne, et que celui-ci lui a dédié un poème intitulé "Lamia") que la science... Les concepts qu'il manipule sont extrèmement bien intégrés et crédibles (j'en veux pour preuve l'origine du TechnoCentre expliquée de "a" à "z" à partir d'éléments concrets de la recherche actuelle sur les intelligences artificielles, ou encore les explications lumineuses sur le système de distransportation et les champs anentropiques des Tombeaux du Temps - je reconnais que cela peut rebuter le non initié. Mais une recherche sur Google ou dans un dico permettent de palier aux manquements de l'école ! ).

Le coté politicien est lui-aussi très abouti. Les luttes d'influences sont détaillées au possible. Le fait de multiplier les intervenants lui permet de créer un monde riche, avec des personnages à la psychologie tortueuse. Rien ici n'est blanc ou noir. Tout est gris. Tout est humain.

Mais ce n'est pas tout. La science-fiction est ici un support merveilleux pour développer des thèmes essentiels et humains : rapport à la mort, à l'éternité; rapport au pouvoir, à la justice; mise en question du concept de destin, capacité essentiellement humaine d'empatie; place de l'Homme dans l'univers; rapport au virtuel, à la vie artificielle, à la xénophobie, place de la foi et de la religion dans les sociétés humaines; et bien sûr, qu'est-ce que l'Amouuuur?

Et il ne tombe jamais dans la mièvrerie, il évite, à mon sens, les écueils classiques dans ce genre de livre, à savoir les descriptions techniques ennuyeuses (n'ai pas peur, toi qui te sens littéraire ! ) ou les long dialogues incomprehensibles à tendance nombrilophilosophiques (n'ai pas peur, toi qui te sens scientifique ! ). Son style est clair, les informations habilements distillées, le suspense toujours là, la poésie omniprésente...

Sans parler de la fin. J'ai oublié de vous dire que l'émotion était aussi au rendez-vous... (snif)

Pour terminer, je dirais que ce livre est, dans le désordre : tragique, éternel, épique, intimiste, profond, brillant, inventif... Et l'on pourrait continuer toute la nuit (oui, il fait nuit pour moi, puisqu'il est 4 heures du matin - arff... dodo).

En un mot : Un CHEF d'OEUVRE (si ce n'est LE chef d'oeuvre) de la science fiction.

PS: Je ne mets pas d'extraits. Cela ne me semble pas d'un intéret suprême. On ne déguste pas un bon vin avec une pipette pasteur...

D'autre part, j'espère avoir été assez clair (j'y ai mis tout mon coeur et j'ai tout écrit avec mes petites mains juste pour vous wink.gif ), et je m'excuse pour les éventuelles imprécisions (temporelles par exemple) quant au roman : mes bouquins sont chez mes parents et ça fait un bail que je les ai lus !!! tongue.gif

Pour les fautes, comme il est tard, j'espère que Glouton veillera pour moi... biggrin.gif

Sources :


Mes sources sont multiples. Y'a une bonne bio de Simmons ici et un site de fans bien fait .


Sinon, il y a la fiche de "l'échiquier du mal" par lincal!

Ce message a été modifié par glouton: 02/02/06 à 13:44


--------------------
"Tiiiiin, tiiiiiin, tiiiiiiiiin, tindiiiiin" Zarathustra
"Merde, Il pleut..." Lénine
"Craca? Pouet!" Irma
"Mais tout ça c'est des conneries!!!" Kam
"Plouc!" Estrella
"Quand le serpent vieillit, les grenouilles l'enculent" Grand-Papa de Marjane Satrapi
Canaaaaaaaal B!!!!
Craca's Blaugue
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Toma
* 02/02/06 à 08:49
Message #2


Dieu à rayures
Group Icon

Groupe : Modérateurs
Messages: 1 941
Inscrit : 06/07/2005
Lieu : 36
Membre No. : 838
Niveau Atteint: 93



Dan Simmons est mon dieu et Hyperion (etc...) est ma bible. C'est donc le bouquin que j'emmènerais sur une île déserte pour les différentes raisons que tu cites : le scénario est époustouflant et recèle des idées de génie, la poésie omniprésente est habilement mêlée aux scènes d'action épiques et aux descriptions chères à Simmons, l'univers imaginé par l'auteur est d'une richesse quasi-infinie... Pour moi c'est le super-classique de la SF! Mais attention, cette oeuvre se mérite et les longueurs du début en rebuteront plus d'un. Un conseil : ne vous arrêtez pas à ça.


--------------------
"God is dead" - Nietzsche - (AvosSouhaitsMerci)
"Nietzsche is dead" - God -
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
glouton
* 02/02/06 à 13:26
Message #3


modo de quasi-Paris (© FRiZ)
Group Icon

Groupe : Modérateurs
Messages: 9 280
Inscrit : 22/08/2005
Lieu : Montmagny
Membre No. : 6 093



Pas lu mais une telle fiche me donne envie smile.gif

PS : première correction effectuée. Outre les parenthèses tu aimes les virgules dis moi ! tongue.gif


--------------------
Glouton c'est Wolverine en Anglais.
C'est petit, tout rond et ça bouffe tout ;)
Web2Com | phpBB-fr.com | Le Nid Barbar
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Chapal
* 02/02/06 à 13:34
Message #4


Divin Chroniqueur
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 1 729
Inscrit : 25/12/2005
Lieu : Grenoble
Membre No. : 14 335
Niveau Atteint: 84 ... enfin



connais pas du tout mais ca donne envie smile.gif


--------------------
Decouvrez l'Olympe pauvres mortels !!! (version 5.666.41b) - par le chroniqueur officiel des étages divins -
--------------------
Membre de la Bermulteam avec psykomarvin et Ju_dorange
In Bermulteam I Trust !
Bermurié avec Ju_dorange & psykomarvin depuis le 18.04.2006

merci moi
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Acheteuteupeu
* 02/02/06 à 14:33
Message #5


Dieu athée (on aura tout vu !)
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 1 260
Inscrit : 27/09/2005
Lieu : Haute-Loire
Membre No. : 9 728
Niveau Atteint: 93



Moi non plus, je ne connais pas, comme toute la littérature SF de "fantasy". Ce genre ne m'avait jamais vraiment attiré.
Et je suis pourtant fan de SF (Philip K. Dick, Arthur C. Clarke,...).
Mais je dois dire que cette fiche ainsi que celles de lincal et de pyjama ainsi que l'engouement qu'on rencontre pour ce genre sur ce site me donne bien envie de m'y intéresser.
Par contre l'envergure de ces oeuvres me rebute un peu. Il y a souvent de nombreux tomes.
Par quel auteur et quel livre me conseilleriez-vous de commencer : Simmons, Zelazny ou autre ?
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Cracapouet
* 02/02/06 à 14:57
Message #6


Ni double-Dieu ni double-Mètre
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 2 892
Inscrit : 09/01/2006
Lieu : Brocéliande, ses fées, son camping
Membre No. : 14 861
Niveau Atteint: Nonante quatre !



Je te conseille de commencer par Zelazny si tu veux de la "fantasy"... Hypérion rentre dans le bon vieux cadre SF tout court. Point de sorcellerie ni de personnage fantastique. Tout est technologie et hommes. Donc lit et déguste, sans a priori! Si tu aimes Clarke ou Asimov, tu ne peux que tomber sous le charme de Simmons... Et on s'en remet difficilement!

EDIT: Où qu'elle est la faute glouton? je la voye pô... blink.gif

EDIT 2: Pyjama, je crois qu'il parlait de la fantasy dans la SF, et pas la fantasy tout court... Car évidemment, c'est le Seigneur des Anneaux qu'il faut lire pour découvrir ce genre. Ce qu'a fait Acheteuteupeu, je n'en doute pas! smile.gif


--------------------
"Tiiiiin, tiiiiiin, tiiiiiiiiin, tindiiiiin" Zarathustra
"Merde, Il pleut..." Lénine
"Craca? Pouet!" Irma
"Mais tout ça c'est des conneries!!!" Kam
"Plouc!" Estrella
"Quand le serpent vieillit, les grenouilles l'enculent" Grand-Papa de Marjane Satrapi
Canaaaaaaaal B!!!!
Craca's Blaugue
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
pyjama
* 02/02/06 à 20:51
Message #7


Confirmé
Group Icon

Groupe : Members
Messages: 68
Inscrit : 14/08/2005
Lieu : Lorraine
Membre No. : 5 190



C'est vrai que dans ce genre de space opéra, pas mal d'aspects se rapprochent de la Fantasy mais comme l'a dit Cracapouet, ben c'est quand même pas vraiment la même chose.
Ici, tout est plus ou moins "rationnalisé"...

Même si j'adore Zelazny, Le cycle des Princes d'Ambre ne serait sans doute pas celui que je conseillerais à quelqu'un qui veut découvrir la fantasy.
Déjà, le début dans notre univers puis les voyages entre mondes parallèles sont très sympa, mais ne cadrent pas trop avec ce qu'on peut attendre de ce genre.
Bref, je le trouve pas représentatif du tout.

Pour avoir un aperçu de ce qu'est la fantasy, je citerai d'abord sans aucune originalité Le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Le classique mais dont la réputation me semble très méritée.
(Et puis, il a fait tellement de petits, qu'en le lisant, on connait l'histoire de la moitié des bouquins de fantasy publiés depuis...)

Si veux du moins classique avec moins de pages mais tout aussi bon, je te conseille Terremer de Ursula K. LeGuin. J'en ai déjà parlé dans un topic dessus.
C'est très beau et très magique.

Et si tu préfère démarrer direct par du plus original, ben, t'as Les Princes d'Ambre que Cracapouet t'as déjà conseillé.
J'ajouterai aussi Tigane de Guy Gavriel Kay. Le récit s'inspire de l'Italie de la renaissance. Pour se venger d'un peuple, un roi sorcier a éradiqué leur histoire et le nom même de leur province de toutes les mémoires. C'est très beau aussi avec des personnages très forts, notamment le roi sorcier en question. Et c'est aussi le seul pavé d'un tome de cette liste!


Pour en revenir au topic, j'ai pas lu Hypérion même si j'en ai essentillement entendu que du très bien. Mais c'est dans mes lectures programmées pour un jour...
Enfin, le nombre de tomes et de pages par tomes correspond pas à mon humeur du moment tongue.gif

User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
grenouill de labo
* 27/02/06 à 15:49
Message #8


Tordu
Group Icon

Groupe : Members
Messages: 241
Inscrit : 08/09/2005
Membre No. : 8 087



Comment? un sujet sur hypérion et je ne l ai pas vu??!! honte à moi ...
alors là bravo Cracapouet formidable fiche (presque aussi bien que mes fiches bd... biggrin.gif ) , je n ai lu que les cantos d'hypérion mais je crois que je vais investir dans endymion d'ici trés peu de temps!!
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Acheteuteupeu
* 04/09/06 à 14:53
Message #9


Dieu athée (on aura tout vu !)
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 1 260
Inscrit : 27/09/2005
Lieu : Haute-Loire
Membre No. : 9 728
Niveau Atteint: 93



Bon ben voilà ! Fini. Enfin, fini, seulement le premier cycle (les 4 premiers tomes).
Et bien le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est dense et ma foi assez complexe, mais vraiment captivant.
C'est une oeuvre d'une grande richesse, autant du point de vue de l'ampleur de l'univers qu'il dépeint que du nombre de thèmes qu'il aborde (le temps, la religion, le pouvoir...).

Si je devais apporter un bémol tout de même, c'est que le style de l'auteur m'a semblé un peu pesant. Il y a de nombreuses descriptions qui entravent la fluidité du récit d'une part, et certains passages et dialogues sont confus.
Et puis je trouve la poèsie de Keats un peu hermétique. sad.gif

Mais sinon, je conseille la lecture d'Hypérion à tout amateur de SF.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
elbiliscibus
* 08/11/06 à 12:47
Message #10


Dieu en barque
Group Icon

Groupe : Bergers
Messages: 1 739
Inscrit : 23/07/2005
Lieu : Singapour
Membre No. : 2 939
Niveau Atteint: euh...



Il y a pas longtemps je suis tombe sur une edition de tout le cycle en deux tomes du coup je suis en train de les relire. Par contre en anglais c'est pas evident. Surtout pour les passages de poesie sad.gif
Mis a part ces petites difficultes, je suis retombe sous le charme wub.gif
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post
Mjollnir
* 02/08/08 à 14:41
Message #11


Confirmé
Group Icon

Groupe : Members
Messages: 86
Inscrit : 02/08/2008
Lieu : Strasbourg
Membre No. : 33 203
Niveau Atteint: 35



Hyperion... Mon premier cycle de SF. Difficile d'y entrer (pour moi), mais encore plus d'en sortir. En tout cas, une des nombreuse preuves du génie de Dan Simmons.

Tout n'est que pure merveille. Les récits de pèlerins qui se démarquent tous par leur style et leur point de vue, la conformation politique et stratégique plutôt complexe, l'omniprésence d'une technologie qui dépasse l'entendement... S'il n'y avait que ça.

Hyperion, c'est aussi un univers convaincant. Il suffit que Simmons prenne quelques lignes pour expliquer ou décrire un truc dans les grandes lignes et on y croit, c'est intégré.

Hyperion, c'est aussi un nombre incalculable de réflexions sur notre condition, notre place dans le monde, ce que nous sommes.

Et les références... Simmons est un puits de connaissances, pas seulement scientifiques, mais aussi littéraires, ethnologiques, historiques...

Endymion, on aime plus ou moins qu'Hyperion, mais toujours différemment. Personnellement, je l'ai préféré. On peut le trouver gnangnan d'une certaine manière mais je l'ai trouvé d'une puissance émotionnelle hallucinante.

Bref, Simmons, c'est que du bon et surtout un passage obligé pour toute personne désireuse de se frotter sérieusement à la SF.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 Membre(s):

 






Version bas débit Nous sommes le : 14/12/17 à 09:13