IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Chroniques de l'asphalte, un livre que j'adore 2
casper rose
* 23/03/08 à 22:04
Message #1


Tordu
Group Icon

Groupe : Members
Messages: 365
Inscrit : 16/06/2006
Lieu : paris --> 93
Membre No. : 21 704
Niveau Atteint: 14



L'auteur


Samuel Benchetrit est né le 26 juin 1973 à champigny sur marne. C'est un acteur, auteur, scénariste, écrivain et photographe. Image attachée

À 33 ans, il entame un projet d'écrire sa biographie en 5 tomes sous le titre Les Chroniques de l'Asphalte, dont le 1er tome est paru en 2005 et le second en 2007.
Il est le père du quatrième fils de Marie Trintignant. Le 26 juillet 2003, il lui aurait envoyé un message où était écrit "Ma petite Janis", en référence au film Janis et John qu'ils venaient de tourner ensemble. Cela serait la raison de la dispute entre Bertrand Cantat et Marie Trintignant.

Actualité :


Il vient de faire un film "j'ai toujours rêvé d'être un gangster", qui va bientôt sortir au cinéma. Vous l'avez peut être vu dans les émissions "le grand journal" ou "on est pas couché" .

Œuvres


2000 : Récit d'un branleur, roman
2000 : Nouvelle de la tour L, cinéma
2001 : Comédie sur un quai de gare, théâtre
2003 : Janis et John, cinéma
2005 : Les Chroniques de l'asphalte, roman (tome I)
2005 : Moins deux, théâtre
2007 : Les Chroniques de l'asphalte, roman (tome II)
2007 : J'ai toujours rêvé d'être un gangster, cinéma


Chroniques de l'asphalte : "Le temps des tours"


Dans ce premier volume intitulé 'Le Temps des tours', Samuel Benchetrit a choisi de raconter son enfance. l'auteur nous fait partager de façon plus ou moins anecdotique, la vie des personnes de son immeuble. C'est comme si on visitait la tour, étage par étage, de la cave au toit...
Je ne peux pas vraiment résumer le livre vu que ce sont des nouvelles.Image attachée

Ce que j'en ai pensé

Tout simplement génial. C'est drôle, triste, satirique, poétique...je l'ai lu en 1h tellement que c'est bien !
C'est un livre que je conseille à tous, surtout aux jeunes qui n'aiment pas forcément lire, ils vont adorer !
Bref, Je vous donne un aperçu du livre ci dessous, pour donner une petite idée du livre...


Extrait du livre


4ème étage + vide ordure

Madame mondial est cocue par son mari qui fricote avec la voisine ... Elle est sur le rebord de sa fenêtre et a envie de mettre fin à ses jours !
Daniel, Samuel, Karim, dédé, riton sont en bas à essayer de la convaincre de ne pas sauter, lorsqu'elle demande à Karim de monter pour baiser avec lui, puis riton...

Daniel a commencé:
-Vous inquiétez pas madame...on est là nous...
et moi :
-Oui, on est là.
et dédé :
-Vous voulez qu'on monte ?
Elle nous a regardés et s'est mise à se marrer comme un connasse démente.
AH AH AH AH ah ah ah ah .....
Elle s'est calmée.
-Vous vous appelez comment ?
-Daniel.
-Samuel.
-dédé...Enfin, André.
-Vous êtes mignons.
Dédé n'aimait pas perdre son temps :
-On a envie de vous.
-Ah oui...Et pourquoi ?
-Euh...Parce que vous êtes bonne madame.
-Je suis bonne .
Elle s'est remise à se marrer comme une connasse démente.
-Ah ah ah ah ah ....
Elle s'est calmée.
-TOI.
c'était moi.
-Moi ?
-Oui, toi...Comment t'as dit que tu t'appelais ?
-Samuel, madame.
-t'es mignon.
-Je sais pas.
-Tu montes me voir ?
-Oui.
-J'ai fait comme tout le monde, je suis allé voir Dédé.
-Tu me files une capote ?
-Non.
-Je te file deux clopes.
-J'en veux trois.
-d'accord.
-Donne-moi les clopes tout de suite.
Je lui ai donné ses trois foutues clopes en échange de ma douce capote et je suis monté.
Je savais qu'on pouvait avoir la trouille avant de se battre contre un mec balèze. Ou au moment ou votre père vous rejoint chez le directeur qui l'a convoqué. Mais je pensais pas qu'on pouvait autant fouetter dans un moment pareil. Je suis bien resté une minute sur le palier avant de frapper chez ma bonne femme.
La trouille, et puis une minute de plus sur mes performances à venir.
J'ai fini par y aller. Toc toc. Elle a ouvert tout de suite. C'était bizarre de l'avoir vue de loin à sa fenêtre et de me retrouver maintenant en face d'elle et de son soutif.
-Alors, c'est toi Daniel.
-Moi c'est Samuel madame.
-Peu importe...Entre Samuel.
Je suis entré. On est restés un moment dans l'entrée. Et même si comme Riton j'avais pas vraiment envie de faire ça ici, je savais que c'était elle qui décidait. C'était la patronne si vous voulez !

Elle m'a pris la main et m'a emmené dans la salle à manger c'était plutôt vide question ameublement. Mais pour le gout, il n'y avait rien à dire, elle en avait.
-Tu vois...Je vais devoir vivre seule ici maintenant...On venait juste de s'acheter cette télé...En fait, Henry me l'avait offerte pour nos 5 ans de mariage...Je ne sais pas si je dois rester vivre ici ou déménager...Qu'est ce que t'en penses ?
-J'en sais rien madame...
-tu veux t'asseoir ?
-Non.
-tu veux un coca ?
-Non.
Elle avait l'air moins excitée qu'à sa fenêtre ou des trucs qu'avaient racontés Karim et Riton. Et je commençais même sérieusement à douter que les deux autres l'aient touchée.
-Tu crois que Henry reviendra ?
-j'en sais rien.
Comme je sentais qu'elle attendait quelque chose de moi, j'ai ajouté :
-Mais pensez pas à ça ... Les choses arrivent quand on y pense pas.
-ou est ce que t'as appris des conneries pareilles ?
-j'en sais rien, j'entends toujours les autres dire ce genre de conneries...Je pensais que ça pouvait aider.
-T'as déjà baisé ?
-Oui.
(Mensonge.)
-T'as envie de me baiser ?
-Oui
(Vérité.)
-Viens...Viens avec moi, je sais ou on va le faire tous les deux.
Elle m'a encore pris la main et je l'ai suivie sans la ramener. J'étais tellement excité que j'avais l'impression que j'allais exploser avant même de l'avoir effleurée.
On est sortis de son appartement, et on s'est retrouvés sur le palier.
-Vous voulez qu'on fasse ça sur le palier ?
-Non...Ici...
Elle m'a attiré dans le petit cagibi du vide- ordures. Au milieu de chaque palier de la tour il y avait la même petite pièce avec le machin en ferraille pour balancer les poubelles.
-C'est ici qu'ils se sont rencontrés...Mon mari est allé jeter les poubelles un soir, il est revenu 10 minutes plus tard... j'ai trouvé ça long, mais il m'a dit qu'il avait rencontré la voisine et qu'il avait sympathisé avec elle... J'ai rien vu de mal la-dedans... Mais tous les soirs, il insistait pour aller lui même jeter les ordures...Soi-disant que c'était à l'homme de le faire, et pas à la femme d'aller se salir avec ces machins dégueulasses...il mettait de plus en plus de temps à rentrer ... et ce soir, j'ai décidé de le surprendre... j'ai ouvert la porte, et je l'ai vu en train de la baiser comme ça... Debout, contre le mur ... je savais pas quoi faire, alors jsuis allé frapper à la porte du mari de cette salope... il est venu et on est restée un moment a les regarder se rhabiller...Ils avaient l'air de s'en foutre...Henry m'a regardée et il m'a dit : je suis amoureux Catherine...
L'autre salope a regardé son mari et elle a dit : Moi aussi Patrick, je suis amoureuse... ils se sont regardés, et ils se sont dit : On se retrouve dans 5 minutes... Chacun est allé chez soi, et 5 minutes plus tard, ils se sont retrouvés sur le palier avec quelques affaires...
Je me mettais à la place de cette pauvre bonne femme. Et son histoire trop longue m'arrangeait un peu. Du fait qu'elle faisait retomber mon excitation.
-Alors je veux que tu me baises ici, contre ce mur, exactement comme mon mari baisait cette salope.
L'excitation a pas tardé à revenir, et le seul truc que j'avais à faire, c'était fermer les yeux et penser bien fort à Dédé. Oh oui, mon petit Dédé, ami antidote à la précocité sexuelle.
Catherine Mondial se colla contre le mur, enleva sa culotte et referma la porte


Deux heures quarante plus tard....

A qui je vais faire croire ça ?

Deux minutes trente plus tard....

je descendais mollement les escaliers d'avantage obsédé par battre le record de durée que par mon tout récent dépucelage.

Catherine Mondial forever.

J'ai retrouvé mes copains qui se sont jetés sur moi avec la même ardeur que je m'étais jeté sur eux
-Alors... Alors raconte.

J'ai fait comme tout le monde :

C'était incroyable, elle s'est jetée sur moi... Elle gueulait mon nom comme une folle... Nous, on l'a fait dans l'entrée, dans la chambre et un peu dans la salle a manger...
elle m'a dit que ça avait jamais été comme ça ... Je lui ai fait oublier son mari les gars.... Cette fille, elle est en train de me bénir en ce moment.

Deux secondes de gloire.

- JE VEUX CREVER ....JE VEUX CREVER....

Et merde.
Daniel et Dédé se sont lancés la tête en l'air.
Je me suis assis sur les marches parce que d'un coup, j'étais drôlement fatigué. Et ouais.
Je venais de m'envoyer en l'air.
Moi.
Contre toute attente et à la surprise générale, j'étais un type qui s'envoyait en l'air. Et même si je l'avais fait dans le noir, les yeux fermés, en pensant à Dédé.
C'était pas grave.
C'est souvent comme ça la première fois.
Non ?

Dites moi ce que vous en pensez !


--------------------
I am the best...
"mon cœur est cassé, mais j'ai de la colle..."
et toc.
User is offlineProfile CardPM
Go to the top of the page
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 Membre(s):

 






Version bas débit Nous sommes le : 17/12/17 à 12:42